Diary – Page 21

Diary – Page 21

Picture of page 21 of the diary
quelques heures de tranquillite
pour dormir. le 4 octobre en route
pour lattaque de Charlerange, toujour
dans cette foret des Ardenne. le 163
regiment sait fait decimer completement
disparu mort prisonnier. le lendemain
ons va de nouveau attaquer oui mais
pendant la nuit les boches ont ouvert
des barages et nous avons de la flotte
jusqua nous et aux mois octobre cela nest
pas bien chaud. tant pis ils faut avance
le moral est bas ont demande la releve
il nous est repondu ils faut 80% de perte
ont ne auras jamais car dans 1 regiment
il y a toujours 25 % d’embusqué ont gueule
et puis quest quils descend comme obus
et puis certains obus neclatent pas oui mais
ses les gaz. jessaye mon masque il est
percées par des eclats dobus donc inutilisable
en cherchant un peut il y a des anciens
copains qui nen non plus besoins malgre
tout jen est pris un coup. heureusement
quelques heures de tranquillité
pour dormir. Le 4 octobre en route
pour l’attaque de Challerange, toujours
dans cette fôret des Ardennes. Le 163e
régiment s’est fait décimer, complètement
disparu, mort, [ou] prisonnier. Le lendemain,
on va de nouveau attaquer, oui, mais
pendant la nuit, les Boches ont ouvert
des barrages et nous avons de la flotte
jusqu’à nous et au mois [d’]octobre, cela n’est
pas bien chaud. Tant pis il faut avancer.
Le moral est bas, on demande la relève.
Il nous est répondu il faut 80% de pertes.
On [ne l’]aura jamais car dans 1 régiment,
Il y a toujours 25% d’embusqués. On gueule
et puis qu’est[-ce] qu’ils descendent comme obus
et puis certains obus n’éclatent pas, oui, mais
c’est le gaz. J’essaye mon masque. Il est
percé par des éclats d’obus donc inutilisable.
En cherchant un peu, il y a des anciens
copains qui n’en ont plus besoins. Malgré
tout, j’en ai pris un coup. Heureusement…
few hours of peace and quiet for sleep. October 4th, en route for the attack at Challerange, still in the Ardennes. The 163rd regiment was decimated, completely disappeared, dead, or taken prisoner. The next day we are going to attack again, yes, but the night before that, the Boches opened the floodgates and the water came all the way down to us, and in the month of October, this wasn't warm at all. Too bad, we have to advance. Morale is low, we request relief. The answer comes back, there have to be losses of 80%. We will never have that in 1 regiment. There are always 25% shirkers. We complain and then so many bombs start to fall on us and then some of the bombs don't explode, yes, but now there's gas. I try on my mask. It's been punctured by the shrapnel, so it's useless. Searching around a little, I find some old friends who no longer need theirs. Despite all, I took in some gas. Fortunately

Page 20 | Page 22