Diary – Page 7

Diary – Page 7

Picture of page 7 of the diary
pour cette entrée en 1e ligne
pour se rendre en 1e ligne dans cette
champagne pouilleuse ou la terre
constamment remuer par les
obus laisse aparaitre des ossements
humain constamment enterrer
et deterrer. pour moi jai plutot
envie de faire demie tour que
daller de lavant et pourtant on
avance toujours. on arrive aux avant
postes ce coin sappelle Camelon.
le pays lorsqu’il existait sappelait
Tahure plus de trace, des abris
profonds nous garantissait assez bien
des nombreuses bombes appeler
torpilles qui nous dégringolait
copieusements sur le dos, les plus
dangereuse etait les 88. les blesses était
evacuer les morts, lorsqu il etait
possible de le faire ons quitter
cette position fin juillet 17.
pour cette entrée en 1e ligne.
Pour se rendre en 1e ligne dans cette
Champagne Pouilleuse, où la terre,
constamment remuée par les
obus, laisse apparaître des ossements
humains constamment enterrés et
déterrés. Pour moi, j’ai plutôt
envie de faire demi-tour que
d’aller de l’avant et pourtant on
avance toujours. On arrive aux avant-postes,
ce coin s’appelle Camel[é]on.
Le pays lorsqu’il existait s’appelait
Tahure. [Il n’y avait] plus de trace. Des abris
profonds nous garantissait assez bien
des nombreuses bombes appelées
torpilles qui nous dégringolaient
copieusement sur le dos, les plus
dangereuses étaient les 88. Les blessés étaient
évacués, les morts, lorsqu’il était possible de le faire.
On quitte cette position fin juillet 17.
for being sent up to the front lines. Going up to the front lines in Champagne Pouilleuse, where the ground, constantly turned over by artillery shells, exposes bones that are constantly being buried and unearthed. For me, I'd rather turn back than move forward, and yet we keep advancing. We arrive at the outposts, this place called Camel[é]on. The village, when it existed, was called Tahure. No trace of it left. The deep shelters protected us well enough from the numerous bombs called torpedoes that crashed down on our backs, the most dangerous was the 88. The wounded were evacuated, the dead, only when it was possible. We leave this position at the end of July '17.

Page 6 | Page 8